Henry Mintzberg et la structure et le dynamisme des organisations

Le centre opérationnel il est composé des membres de l’organisation dont le travail est directement lié à la production des biens et services dans l’innovation managériale. Les opérateurs: – se procurent ce qui est nécessaire à la production, – assurent la fabrication – assurent la distribution des produits et services – assurent les fonctions de support direct (maintenance, tenue des stocks..) 

C’est là que la standardisation est la plus poussée Le sommet stratégique sa fonction est de faire en sorte que l’organisation remplisse sa mission de façon efficace, et qu’elle serve les besoins de ceux qui contrôlent l’organisation ou qui ont sur elle, les auteurs du management du pouvoir (propriétaires, administrations, syndicats, groupes de pression). mais le sommet stratégique gère également les relations de l’organisation avec l’environnement ; l’innovation managériale, ces relations s’insèrent dans la stratégie, force médiatrice entre l’organisation et son environnement.

Le mécanisme de coordination le plus répandu entre cadres dirigeants est l’ajustement mutuel La ligne hiérarchique elle relie le sommet stratégique et le centre opérationnel. Elle regroupe les cadres de niveau ~ intermédiaire, qui ont tous les rôles du cadre dirigeant, mais dans le contexte de la gestion de leur propre unité. Les tâches accomplies par ces cadres sont liées à la supervision directe, l’innovation managériale.

La technostructure Ce sont les analystes qui servent l’organisation en agissant sur le travail des autres, pour rendre celuici plus efficace.

Les analystes du travail (spécialistes des méthodes) standardisent les procédés de travail, les analystes de planification et de contrôle standardisent les résultats et les analystes du personnel standardisent les qualifications. Les analystes sont les moteurs de la standardisation de l’organisation. Leur travail dans l’innovation managériale est coordonné essentiellement par l’ajustement mutuel. Les fonctions de support logistique Ce sont des unités ayant une fonction particulière à remplir. Ces fonctions découlent de la volonté des entreprises de maîtriser un maximum d’activités même marginales (réduction de l’incertitude et contrôle par l’entreprise de ses propres affaires). La standardisation des compétences y est le mécanisme le plus répandu .

A mesure que l’organisation croît, à l’ajustement mutuel et à la division technique du travail entre opérateurs (centre opérationnel: ceux qui effectuent le travail de base) s’ajoute une division administrative du travail (ceux qui font le travail et ceux qui le supervisent: le sommet stratégique: les managers).

Quand l’organisation et l’innovation managériale continuent de se construire, elle utilise, de plus en plus, la standardisation pour REC structure et dynamique des organisations Catherine DE LAVERGNE – 07/01/13 4 coordonner le travail de ses opérateurs (émergence d’un groupe de spécialistes en standardisation: les analystes qui standardisent procédés, produits et qualifications (technostructure). On a ainsi une seconde division administrative du travail dans l’organisation : d’un côté ceux qui font et supervisent le travail, et de l’autre ceux qui le standardisent. Le contrôle du travail passe ainsi progressivement des opérateurs aux managers, puis aux analystes. Les fonctions logistiques interviennent indirectement et de façon extérieure dans le flux du travail.

Summary
Rate this post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *